SNMS

Le grand Livre
173 pages • Dernière publication le 13/06/2019

Dans le cadre de son Action culturelle,
la SACD soutient la création de cet ouvrage
      

REFLEXIONS & PERSPECTIVES / Contributions / Page 143 • Publiée le 15/05/2018

«Ma chanson a dit la vérité», sur le rapport Latarjet, par Armand Eloi

En mars 2004, Bernard Latarjet livrait le rapport « Pour un débat national sur l’avenir du spectacle vivant » que lui avait commandé Jean-Jacques Aillagon suite à la crise des intermittents du spectacle, un état des lieux complet que tout le monde semble avoir déjà oublié. Serait-ce parce-que le constat établi par Monsieur Latarjet, les questions qu’il nous pose et les pistes de réflexion qu’il propose seraient également dérangeants pour les acteurs du monde culturel et pour son administration nationale ?

Lorsque ce rapport pose la question de la régulation de l’accès aux emplois culturels en démontrant clairement que l’absence totale de régulation génère de profondes injustices, lorsqu’il établit que le statu-quo du régime de l’intermittence conduit à une impasse, lorsqu’il propose « entre permanence et intermittence, d’autres voies pour l’emploi », lorsqu’il suggère un meilleur partage des outils de production, un véritable partenariat entre l’état et les collectivités locales, et ouvre la voie à une loi d’orientation du spectacle vivant, c’est en fait à une remise en question profonde de nos pratiques et de la politique culturelle dans son ensemble qu’il invite.

L’inertie de l’appareil d’état, la défense de prés carrés et d’intérêts individuels, la paresse intellectuelle risquent bien de pousser doucement vers les oubliettes ce travail exigeant. Ce serait terriblement dangereux car ce n’est pas en fermant les yeux que l’on empêchera la lente dérive d’un outil de travail que le monde nous envie encore.

Armand Eloi
(Texte paru dans La lettre n°5 de l'APMS, novembre 2004)



LIEN / Rapport Latarjet

Mots clés :

Intermittence Eloi Armand Aillagon Jean-Jacques Latarjet Bernard

Envoyer un commentaire