SNMS

Le grand Livre
173 pages • Dernière publication le 13/06/2019

Dans le cadre de son Action culturelle,
la SACD soutient la création de cet ouvrage
      

LES TEXTES FONDAMENTAUX / Textes de loi définissant et régissant le statut social / Page 159 • Publiée le 16/01/2018

La jurisprudence «Cochet»

Décision du Tribunal de Grande Instance (1ere chambre, 1ere section) du 11 juillet 1979 

A la suite d’un conflit avec le Théâtre Hébertot, allié au comédien Paul Meurisse, qui voulut représenter le spectacle «Mon père avait raison» de Sacha Guitry, alors que Jean-Laurent Cochet avait décidé de retirer sa mise en scène, ce dernier attaqua le théâtre pour contrefaçon.

Sur la foi d’un rapport de Pierre Dux, commis arbitre sur le plan artistique, le Tribunal donna raison à Cochet.

Mais la grande avancée de cette décision fut que pour la première fois le Tribunal ne s’appuya pas sur l’originalité matérielle (livret de conduite, dessins de décors ou costumes, croquis d’éclairage), mais sur l’originalité créatrice.
«Pour qui connait les caractéristiques du travail de monsieur Cochet, la marque de ce metteur en scène est évidente», écrivit Pierre Dux.

Pour la première fois, juridiquement, on caractérisait la mise en scène par un ton, un mouvement, bref par un esprit.

Pour le législateur, la mise en scène était désormais une œuvre de l’esprit, rangée dans le champ d’application de la loi de 1957.

Mots clés :

Jurisprudence Cochet Jean-Laurent Dux Pierre

Envoyer un commentaire