SNMS

Le grand Livre
173 pages • Dernière publication le 13/06/2019

Dans le cadre de son Action culturelle,
la SACD soutient la création de cet ouvrage
      

HISTORIQUE & ARCHIVES / Les manifestations et les rencontres organisées par le SNMS / Page 96 • Publiée le 18/01/2019

2018, 22 nov, Lille, rencontre SNMS et directeurs de Compagnies (Armand Eloi)

La réunion s'est tenue au 188 rue du Faubourg de Roubaix, lieu du "188", coopérative de compagnies, où siège également la Compagnie Velum, représentée par Kevin Lévêque, metteur en scène/chorégraphe et danseur.

Il y avait également

- Sheyna Queiroz : chorégraphe et danseuse, Cie Architecture de l'éphémère

- Maxime Duhamel : musicien, Compagnie Tisseurs d'ondes

- Ségolène Fredière : metteur en scène et comédienne, Cie Tartuffe et Pythagore

- Aurélia Montfort : metteur en scène et comédienne, Cie Idencité, transfrontalière.

C'est Ségolène qui a pris contact avec le Syndicat, les autres organisations contactées n'ont pas répondu.

Au début de la réunion j'ai donc clairement précisé ma position au sein du SNMS, et expliqué notre positionnement, et celui des autres organisations de comédiens, directeurs de structures et compagnies.

J'ai ensuite essayé de répondre à l'ensemble de leurs questions, en m'appuyant sur les textes officiels.

- Plusieurs questions portaient sur les conventions collectives : de laquelle dépend-on, comment les respecter, quels types de contrat conclure. J'ai pu répondre à ces questions et également les renvoyer pour ce qui concerne notre métier vers le Grand Livre. 

- Des questions précises sur la rémunération des metteurs en scène, et sur la possibilité de payer les répétitions en cachets. J'ai pu les éclairer sur les différences entre cachets et heures. Et bien sûr leur expliquer notre droit d'auteur. Des questions portaient aussi sur la possibilité de partage de recettes...

- Des questions sur les défraiements... et les "indemnités de panier" ! Et notamment sur la compatibilité entre défraiements et abattement pour les artistes.

- Et aussi beaucoup de questions sur la prise en compte des heures de formation effectuées par les metteurs en scène ou chorégraphes. Il s'agissait évidemment des droits ouverts au régime de l'intermittence. Comment déclarer ces prestations ? Quand sont-elles prises en compte. Une compagnie peut-elle recevoir un numéro d'objet qui comprend la mission de formation ?

Plusieurs de ces questions m'avaient été soumises en amont de la réunion et j'avais pu préparer des réponses assez précises. Il y a eu quelques autres questions liées à des situations personnelles (travailleurs étrangers etc...).

Au-delà des questions posées par ces artistes, j'ai surtout été frappé par leur envie sincère de travailler professionnellement et dans le respect des règles sociales, alors qu'ils étaient plutôt très jeunes. Cela a motivé mon envie d'aller à leur rencontre et m'a donné l'espoir que ces questions soient bien prises en charge par cette génération qui arrive.

Armand Eloi 
 



Envoyer un commentaire