SNMS
Guy-Pierre Couleau - président du SNMS


À l’heure où j’écris ces lignes, le ministère de la Culture annonce un plan de relance très ambitieux pour le secteur culturel dans son ensemble. 2 milliards d’euros lui seront consacrés et, dans le détail, ce sont 432 millions d’euros qui seront réservés au spectacle vivant, toutes disciplines confondues. De cette somme, 12 millions d’euros seront plus particulièrement fléchés sur la création et l’emploi artistique.

Le Premier Ministre s’est exprimé à ce sujet et à présenté  lui-même aux côtés de la Ministre de la Culture cette très indispensable relance pour nos métiers. C’est une première et il convient de souligner la dimension politique de cette volonté de mettre la culture ainsi en lumière. 
Pour autant, l’essentiel des sommes allouées ira une fois encore directement aux structures et aux établissements. Il convient de rester très vigilants en ce qui concerne une question que nous avons posée depuis le début du confinement : qu’en est-il des auteurs dans ces dispositifs de soutien ?

Notre syndicat, avec ses partenaires EAT, Chorégraphes Associés et SNAC, a publié il y a quelques jours une pétition demandant à la Ministre de la Culture de ne pas oublier les auteurs. Ils sont au cœur du processus de toute création. Sans eux, les théâtres risquent vite de devenir des coquilles vides. C’est aussi toute la diversité de la création artistique qui risque d’en pâtir. L’impératif est clair et il est devant nous : il faut soutenir les auteurs si l’on veut soutenir la création. Depuis le début de cette crise sanitaire, le Syndicat National des Metteurs en Scène s’est employé à alerter les pouvoirs publics sur ce risque mais également à faire des propositions qui concernent notre métier de la mise en scène. Nous espérons vivement  que toutes les bonnes volontés puissent trouver un espace de convergence et que chacun, dans ses responsabilités, s’emploie à travailler afin d’apporter les meilleures solutions à cette simple question : si l’on veut soutenir la vie face a la crise économique et sanitaire que nous traversons, alors comment faire autrement que de soutenir d’abord les initiatives individuelles et les énergies créatrices ?

Le confinement et l’annulation des festivals d’été sont des événements qui auront marqué les esprits et les consciences. Beaucoup d’incompréhensions et de frustrations ont vu le jour, causées par certaines décisions gouvernementales contradictoires et il nous aura été très difficile de comprendre pourquoi certaines manifestations publiques ont été autorisées par dérogations, tandis que les grands rendez-vous théâtraux ou musicaux n’ont pu se tenir. Il est fondamental pour le futur d’en tirer des enseignements et de continuer à nous interroger sur l’organisation de notre profession, les enjeux d’une nécessaire transition écologique, les difficultés de toutes sortes que nous entrevoyons et qui nous attendent.
Ces questionnements viendront nourrir la grande rencontre que nous organiserons avec le théâtre des Halles le 29 octobre, à Avignon, pour une journée de travail sur le thème des artistes dans la cité.
 
Mais avant cela, nous aurons le plaisir de nous retrouver le 7 septembre sur la péniche Fluctuart à Paris pour une soirée de rentrée que je vous souhaite festive, très fraternelle et joyeuse. Après ces semaines d’isolement et ces mois d’éloignement, nous serons heureux de nous revoir. 

À très vite donc et bonne rentrée à toutes et tous.

Guy-Pierre Couleau, 1er septembre 2020.
Président du SNMS.



À l’heure où j’écris ces lignes, le ministère de la Culture annonce un plan de relance très ambitieux pour le secteur culturel dans son ensemble. 2 milliards d’euros lui seront consacrés et, dans le détail, ce sont 432 millions d’euros qui seront réservés au spectacle vivant, toutes disciplines confondues. De cette somme, 12 millions d’euros seront plus particulièrement fléchés sur la création et l’emploi artistique.

Le Premier Ministre s’est exprimé à ce sujet et à présenté  lui-même aux côtés de la Ministre de la Culture cette très indispensable relance pour nos métiers. C’est une première et il convient de souligner la dimension politique de cette volonté de mettre la culture ainsi en lumière.  Pour autant, l’essentiel des sommes allouées ira une fois encore directement aux structures et aux établissements. Il convient de rester très vigilants en ce qui concerne une question que nous avons posée depuis le début du confinement : qu’en est-il des auteurs dans ces dispositifs de soutien ?

Notre syndicat, avec ses partenaires EAT, Chorégraphes Associés et SNAC, a publié il y a quelques jours une pétition demandant à la Ministre de la Culture de ne pas oublier les auteurs. Ils sont au cœur du processus de toute création. Sans eux, les théâtres risquent vite de devenir des coquilles vides. C’est aussi toute la diversité de la création artistique qui risque d’en pâtir. L’impératif est clair et il est devant nous : il faut soutenir les auteurs si l’on veut soutenir la création. Depuis le début de cette crise sanitaire, le Syndicat National des Metteurs en Scène s’est employé à alerter les pouvoirs publics sur ce risque mais également à faire des propositions qui concernent notre métier de la mise en scène. Nous espérons vivement  que toutes les bonnes volontés puissent trouver un espace de convergence et que chacun, dans ses responsabilités, s’emploie à travailler afin d’apporter les meilleures solutions à cette simple question : si l’on veut soutenir la vie face a la crise économique et sanitaire que nous traversons, alors comment faire autrement que de soutenir d’abord les initiatives individuelles et les énergies créatrices ?

Le confinement et l’annulation des festivals d’été sont des événements qui auront marqué les esprits et les consciences. Beaucoup d’incompréhensions et de frustrations ont vu le jour, causées par certaines décisions gouvernementales contradictoires et il nous aura été très difficile de comprendre pourquoi certaines manifestations publiques ont été autorisées par dérogations, tandis que les grands rendez-vous théâtraux ou musicaux n’ont pu se tenir. Il est fondamental pour le futur d’en tirer des enseignements et de continuer à nous interroger sur l’organisation de notre profession, les enjeux d’une nécessaire transition écologique, les difficultés de toutes sortes que nous entrevoyons et qui nous attendent. Ces questionnements viendront nourrir la grande rencontre que nous organiserons avec le théâtre des Halles le 29 octobre, à Avignon, pour une journée de travail sur le thème des artistes dans la cité.   Mais avant cela, nous aurons le plaisir de nous retrouver le 7 septembre sur la péniche Fluctuart à Paris pour une soirée de rentrée que je vous souhaite festive, très fraternelle et joyeuse. Après ces semaines d’isolement et ces mois d’éloignement, nous serons heureux de nous revoir. 

À très vite donc et bonne rentrée à toutes et tous.

Guy-Pierre Couleau, 1er septembre 2020.
Président du SNMS.


... continuer la lecture de l'édito réduire

Actus du SNMS

actu du 28/08/2020 
Plan de soutien au spectacle vivant - Ministère de la Culture
actu du 28/08/2020 
Pétition : n'oubliez pas les autrices et les auteurs du spectacle vivant !
actu du 15/07/2020 
Tribune - Culture & Budget de relance européen
actu du 24/06/2020 
"Est-ce que j'ai une gueule d'Arletty ?" lauréat aux Molières
actu du 23/06/2020 
Soutien à Kirill Srebrennikov
actu du 12/06/2020 
Les 15 propositions du SNMS
actu du 02/06/2020 
Molières 2020
actu du 18/05/2020 
Diffusion de la Phèdre d'Anne Delbée - La Comédie continue
actu du 14/05/2020 
Lettre des organisations professionnelles du spectacle
actu du 13/05/2020 
Fonds d'urgence pour le spectacle vivant privé
actu - Cyril Le Grix 
CALLAS, IL ETAIT UNE VOIX
actu - Pierre Florac 
Opéra - King Arthur- de Purcell (1691)
actu - Valérie Castel Jordy 
La traversée du Azhar
actu - Samuel Sené 
Avignon 2021
actu - Francisca Rosell 
Les 3 Mousquetaires
actu - Francisca Rosell 
Les Misérables 2.0
actu - Francisca Rosell 
Don Quichotte ou presque
actu - Alexandre Tchobanoff 
Sulki et Sulku ont des conversations intelligentes (J-M. Ribes)