SNMS
Guy-Pierre Couleau - président du SNMS

Ne pas baisser le rideau

Voici qu’en ce début d’année il nous faut affronter de nouvelles tempêtes : nous espérions l’embellie, c’est la grisaille qui couvre dorénavant nos horizons, nos espérances. La fermeture des lieux de spectacles jusqu’au mois de février au moins vient d’être annoncée. Rendez-vous le 20 janvier pour voir ce qu’il convient de faire : prolonger la fermeture ou bien recommencer à accueillir le public. Le « stop and go » ne s’applique donc plus aux lieux de culture mais désormais aux artistes ! Depuis de longs mois, nous sommes soumis à rude épreuve et cette attente à épisodes met à la torture les nerfs de tout le secteur culturel. Combien de temps devrons-nous ainsi être ballotés dans une incertitude et une opacité ? Ne vaudrait-il pas mieux dire simplement les choses ? Chacun sait qu’une large immunité de la population n’est pas attendue avant l’été, si la campagne de vaccination se déroule comme prévu. Le plus problématique dans tout ceci est que la voix des artistes se trouve réduite au silence depuis plus de neuf mois, puisqu’ils ne peuvent plus s’adresser au public. Au-delà des artistes, ce sont tous les créateurs qui sont bâillonnés et avec eux, leurs visions du monde qui sont muselées. Une vision. Nous avons, avant toute chose, besoin d’une vision sur notre politique culturelle, sur ce que nous voulons en faire pour demain, sur ce qu’il conviendrait de changer, d’améliorer, de transformer. Le monde de la culture a montré, depuis le début de la crise, sa capacité d’adaptation et nous sommes prêts, avec le SNMS, à proposer immédiatement des solutions pour un modèle résilient de notre métier. Alors la question n’est pas seulement celle du présent, mais aussi celle du futur. Notre vision de la situation sera-t-elle entendue ? Nos propositions seront-elles examinées ? Notre modèle résilient trouvera-t-il un écho ? En attendant, restons persévérants et positifs, restons prêts à affronter calmement le présent et à construire l’avenir. Le plus difficile pour nous tous est de rester patients.

Ne pas baisser le rideau

Voici qu’en ce début d’année il nous faut affronter de nouvelles tempêtes : nous espérions l’embellie, c’est la grisaille qui couvre dorénavant nos horizons, nos espérances. La fermeture des lieux de spectacles jusqu’au mois de février au moins vient d’être annoncée. Rendez-vous le 20 janvier pour voir ce qu’il convient de faire : prolonger la fermeture ou bien recommencer à accueillir le public. Le « stop and go » ne s’applique donc plus aux lieux de culture mais désormais aux artistes ! Depuis de longs mois, nous sommes soumis à rude épreuve et cette attente à épisodes met à la torture les nerfs de tout le secteur culturel. Combien de temps devrons-nous ainsi être ballotés dans une incertitude et une opacité ? Ne vaudrait-il pas mieux dire simplement les choses ? Chacun sait qu’une large immunité de la population n’est pas attendue avant l’été, si la campagne de vaccination se déroule comme prévu. Le plus problématique dans tout ceci est que la voix des artistes se trouve réduite au silence depuis plus de neuf mois, puisqu’ils ne peuvent plus s’adresser au public. Au-delà des artistes, ce sont tous les créateurs qui sont bâillonnés et avec eux, leurs visions du monde qui sont muselées. Une vision. Nous avons, avant toute chose, besoin d’une vision sur notre politique culturelle, sur ce que nous voulons en faire pour demain, sur ce qu’il conviendrait de changer, d’améliorer, de transformer. Le monde de la culture a montré, depuis le début de la crise, sa capacité d’adaptation et nous sommes prêts, avec le SNMS, à proposer immédiatement des solutions pour un modèle résilient de notre métier. Alors la question n’est pas seulement celle du présent, mais aussi celle du futur. Notre vision de la situation sera-t-elle entendue ? Nos propositions seront-elles examinées ? Notre modèle résilient trouvera-t-il un écho ? En attendant, restons persévérants et positifs, restons prêts à affronter calmement le présent et à construire l’avenir. Le plus difficile pour nous tous est de rester patients.

... continuer la lecture de l'édito réduire

Actus du SNMS

actu du 16/12/2020 
Référé Liberté-Spectacle Vivant
actu du 16/12/2020 
Communiqué commun des artistes-auteurs
actu du 04/12/2020 
Problème(s) avec l'URSSAF ? Signalez-le à la SACD !
actu du 25/11/2020 
La formation continue des auteurs en danger
actu du 20/11/2020 
URSSAF - Courrier aux Ministres
actu du 13/11/2020 
Hommage à Jean-Pierre Vincent
actu du 04/11/2020 
"Comment faire ?" - Quelques mots de Guy-Pierre Couleau
actu du 21/10/2020 
Colloque du SNMS à Avignon : "Les metteurs en scène dans la Cité"
actu du 16/10/2020 
Couvre-feu : la réponse du SNMS
actu du 28/08/2020 
Plan de soutien au spectacle vivant - Ministère de la Culture
actu - Julien Daillère 
La Marge Heureuse
actu - Ricky Tribord 
MARIELLE EN VRAI
actu - Cyril Le Grix 
CALLAS, IL ETAIT UNE VOIX
actu - Pierre Florac 
Opéra - King Arthur- de Purcell (1691)
actu - Valérie Castel Jordy 
La traversée du Azhar
actu - Samuel Sené 
Avignon 2021
actu - Francisca Rosell 
Les 3 Mousquetaires
actu - Francisca Rosell 
Les Misérables 2.0