SNMS
Cyril le Grix - président du SNMS

 

L’URGENCE DE L’ESSENTIEL

“A force de sacrifier l'essentiel à l'urgence, on finit par oublier l'urgence de l'essentiel”
Edgar Morin - La méthode, tome 6 : Éthique

 

A l’heure où j’écris ces lignes, les nouvelles contaminations à la Covid-19 battent tous les records. A l’aube de 2022, comment émettre des vœux réalistes pour notre profession face au raz de marée épidémique que nous traversons ? Comment envisager notre avenir sous des jours meilleurs malgré l’absence de visibilité ? En cette année électorale, alors que les risques de division de notre société n’ont jamais été aussi nombreux, ne serait-il pas plus raisonnable de redéfinir ce qui est essentiel ?

Cette nouvelle lame de fond est d’autant plus dévastatrice qu’elle a lieu dans un paysage déjà fragilisé pour le secteur culturel en général et le spectacle vivant en particulier car, en dépit des différents dispositifs de soutien, d’aides sectorielles et des fonds de solidarité, beaucoup d’incertitudes demeurent. Comme celle du public dont le taux de fréquentation en dents de scie n’a jamais retrouvé son niveau d’avant la pandémie. 

Dans ce contexte, trois préoccupations majeures se dessinent : comment créer de nouvelles œuvres alors que nous sommes confrontés à un embouteillage monstrueux de la programmation ? En l’absence de nouvelles créations, c’est tout notre écosystème qui est menacé (auteur-texte, metteur en scène, scénographe, compositeur, constructeur, etc…) D’autre part, comment travailler avec des équipes artistiques et techniques frappées en plus grand nombre par le variant Omicron ? Enfin, que faire de ces œuvres si le public n’est pas au rendez-vous ? Ne serait-il pas temps de renouveler les bases de notre politique culturelle ?

Beaucoup d’autres sujets urgents appellent également des réponses immédiates, comme l’adaptation du secteur culturel aux défis du changement climatique et la lutte contre le harcèlement sexuel et les agissements sexistes. Autant d’enjeux sur lesquels le SNMS reste entièrement engagé et tient à continuer à jouer un rôle actif et central comme force de proposition. Car il ne suffit pas d’affirmer que la culture est fondamentale pour la démocratie. C’est par nos créations que nous devons le démontrer et continuer d’agir pour améliorer notre démocratie. Et c’est le rôle de notre mouvement syndical d’accompagner les metteuses et metteurs en scène pour une meilleure pratique de leur art. 

J’en veux pour preuve les 15 propositions du SNMS de juin 2020, dont beaucoup offrent des solutions à la situation actuelle. Citons-en quelques-unes : 

  • Notre première proposition, en réponse à la volonté présidentielle de développer les actions culturelles et artistiques, appelait à ce « que les heures d'interventions socio-éducatives, d'animations culturelles ou pédagogiques des artistes, et donc des metteurs en scène, soient reconnues comme des actions artistiques à part entière et bénéficient du même traitement que tout acte de création artistique, notamment dans leur prise en compte sans aucune limitation et à taux plein pour l’accès au régime de l’intermittence ». 
     
  • Notre proposition n°2 sur « la mise en place d’un fonds d’aide d’urgence ouvert indistinctement à tous les auteurs d’un spectacle qui permettrait d’indemniser forfaitairement tous les auteurs d’un spectacle annulé depuis le 15 mars 2020 ». Aujourd’hui, l’application de cette proposition soutiendrait financièrement nombre de metteuses et de metteurs en scène qui ne perçoivent aucune indemnité à la suite de l’annulation d’un spectacle (Ils sont éligibles au chômage partiel uniquement lors de la création d’un spectacle puisqu’ils ne sont salariés que pendant les répétitions).
     
  • Notre proposition n°5 sur la « visibilité des œuvres » qui plaidait pour « que soient ouverts au théâtre des lieux publics non destinés : monuments historiques et patrimoniaux, musées, parcs, friches, etc… ». Elle était complétée par notre proposition n°14 qui militait pour le développement d’une pratique théâtrale « hors les murs ». Ces propositions conjuguées permettraient de désengorger les réseaux de diffusion habituels, d’ouvrir de nouveaux débouchés et d’atteindre de nouveaux publics.

Ainsi, malgré ce contexte de fragilité et d’incertitude, je continue de croire en la puissance du collectif et de la solidarité pour affronter les épreuves qui nous attendent. Car c’est ensemble que nous trouverons de nouvelles solutions. Nous avons plus que jamais besoin de récits qui forgent notre imaginaire commun et contribuent à faire le ciment d’un peuple. Voilà ce qui constitue « l’urgence de l’essentiel ».

Dans ces conditions, que cette année qui débute soit placée sous les signes de l'espoir et du renouveau. Qu’elle soit source de créativité et d’épanouissement dans vos projets. Qu’elle vous maintienne en bonne santé. Qu’à chacune et chacun d’entre vous, entourés de celles et ceux qui vous sont chers, elle apporte joie, bonheur et accomplissement.

Très belle année 2022 !

 

L’URGENCE DE L’ESSENTIEL

“A force de sacrifier l'essentiel à l'urgence, on finit par oublier l'urgence de l'essentiel”
Edgar Morin - La méthode, tome 6 : Éthique

 

A l’heure où j’écris ces lignes, les nouvelles contaminations à la Covid-19 battent tous les records. A l’aube de 2022, comment émettre des vœux réalistes pour notre profession face au raz de marée épidémique que nous traversons ? Comment envisager notre avenir sous des jours meilleurs malgré l’absence de visibilité ? En cette année électorale, alors que les risques de division de notre société n’ont jamais été aussi nombreux, ne serait-il pas plus raisonnable de redéfinir ce qui est essentiel ?

Cette nouvelle lame de fond est d’autant plus dévastatrice qu’elle a lieu dans un paysage déjà fragilisé pour le secteur culturel en général et le spectacle vivant en particulier car, en dépit des différents dispositifs de soutien, d’aides sectorielles et des fonds de solidarité, beaucoup d’incertitudes demeurent. Comme celle du public dont le taux de fréquentation en dents de scie n’a jamais retrouvé son niveau d’avant la pandémie. 

Dans ce contexte, trois préoccupations majeures se dessinent : comment créer de nouvelles œuvres alors que nous sommes confrontés à un embouteillage monstrueux de la programmation ? En l’absence de nouvelles créations, c’est tout notre écosystème qui est menacé (auteur-texte, metteur en scène, scénographe, compositeur, constructeur, etc…) D’autre part, comment travailler avec des équipes artistiques et techniques frappées en plus grand nombre par le variant Omicron ? Enfin, que faire de ces œuvres si le public n’est pas au rendez-vous ? Ne serait-il pas temps de renouveler les bases de notre politique culturelle ?

Beaucoup d’autres sujets urgents appellent également des réponses immédiates, comme l’adaptation du secteur culturel aux défis du changement climatique et la lutte contre le harcèlement sexuel et les agissements sexistes. Autant d’enjeux sur lesquels le SNMS reste entièrement engagé et tient à continuer à jouer un rôle actif et central comme force de proposition. Car il ne suffit pas d’affirmer que la culture est fondamentale pour la démocratie. C’est par nos créations que nous devons le démontrer et continuer d’agir pour améliorer notre démocratie. Et c’est le rôle de notre mouvement syndical d’accompagner les metteuses et metteurs en scène pour une meilleure pratique de leur art. 

J’en veux pour preuve les 15 propositions du SNMS de juin 2020, dont beaucoup offrent des solutions à la situation actuelle. Citons-en quelques-unes : 

  • Notre première proposition, en réponse à la volonté présidentielle de développer les actions culturelles et artistiques, appelait à ce « que les heures d'interventions socio-éducatives, d'animations culturelles ou pédagogiques des artistes, et donc des metteurs en scène, soient reconnues comme des actions artistiques à part entière et bénéficient du même traitement que tout acte de création artistique, notamment dans leur prise en compte sans aucune limitation et à taux plein pour l’accès au régime de l’intermittence ». 
     
  • Notre proposition n°2 sur « la mise en place d’un fonds d’aide d’urgence ouvert indistinctement à tous les auteurs d’un spectacle qui permettrait d’indemniser forfaitairement tous les auteurs d’un spectacle annulé depuis le 15 mars 2020 ». Aujourd’hui, l’application de cette proposition soutiendrait financièrement nombre de metteuses et de metteurs en scène qui ne perçoivent aucune indemnité à la suite de l’annulation d’un spectacle (Ils sont éligibles au chômage partiel uniquement lors de la création d’un spectacle puisqu’ils ne sont salariés que pendant les répétitions).
     
  • Notre proposition n°5 sur la « visibilité des œuvres » qui plaidait pour « que soient ouverts au théâtre des lieux publics non destinés : monuments historiques et patrimoniaux, musées, parcs, friches, etc… ». Elle était complétée par notre proposition n°14 qui militait pour le développement d’une pratique théâtrale « hors les murs ». Ces propositions conjuguées permettraient de désengorger les réseaux de diffusion habituels, d’ouvrir de nouveaux débouchés et d’atteindre de nouveaux publics.

Ainsi, malgré ce contexte de fragilité et d’incertitude, je continue de croire en la puissance du collectif et de la solidarité pour affronter les épreuves qui nous attendent. Car c’est ensemble que nous trouverons de nouvelles solutions. Nous avons plus que jamais besoin de récits qui forgent notre imaginaire commun et contribuent à faire le ciment d’un peuple. Voilà ce qui constitue « l’urgence de l’essentiel ».

Dans ces conditions, que cette année qui débute soit placée sous les signes de l'espoir et du renouveau. Qu’elle soit source de créativité et d’épanouissement dans vos projets. Qu’elle vous maintienne en bonne santé. Qu’à chacune et chacun d’entre vous, entourés de celles et ceux qui vous sont chers, elle apporte joie, bonheur et accomplissement.

Très belle année 2022 !

... continuer la lecture de l'édito réduire

Actus du SNMS

actu du 15/12/2021 
Cyril le Grix - Nouveau Président du SNMS
actu du 15/12/2021 
Assemblée Générale 2021
actu du 05/11/2021 
Questionnaire AAFA - Tunnel de la comédienne de 50 ans 
actu du 08/10/2021 
Violences sexuelles : déclaration du SNMS
actu du 22/09/2021 
Hommage à Philippe Adrien
actu du 26/07/2021 
Captation "Et maintenant, quel avenir pour les metteurs en scène ?"
actu du 28/06/2021 
Charles Tordjman délégué à la mise en scène SACD
actu du 05/05/2021 
Décès d'Oscar Castro
actu du 23/04/2021 
Article sur l'occupation de l'Odéon - Partenariat revue "Театр"
actu du 16/04/2021 
Formulaire Plan de Relance pour l'Emploi des Équipes Artistiques
actu - Anne Coutureau 
ANDROMAQUE
actu - Thierry Atlan 
Rosa Bonheur, un messie sauvage
actu - Emilie Guillot-Laromiguière 
"Ah! Ces Voisins!"
actu - Yvon Martin 
Coeur Ouvert de Claude Cohen au Théâtre Essaïon
actu - Sara Veyron  
Camille, Camille, Camille
actu - Jean-Jacques Durand 
Sauve toi la vie t'appelle de Antonin Verhamme
actu - Jean-Jacques Durand 
Pensez, je devine ! nuit des musées
actu - Massimiliano Verardi 
"La Redemption d'Aaron"